savoir douter des apprentissages passés

Savoir douter des apprentissages passés

Un défi émotionnel et cognitif pour l’intelligence

Dans une enquête, sur les nouvelles formes d’apprentissage proposées à de jeunes entrepreneurs, une notion apparaissait dont les résultats étaient présentés ainsi : « Les réponses des étudiants-managers confirment leurs craintes que les formules pédagogiques les plus inventives viennent remettre en question ou rendre obsolètes – voire inutiles ou erronées – certaines de leurs connaissances universitaires (notamment théoriques) accumulées au cours des quatre années précédentes. »(1). Cette petite phrase m’interpelle ! J’y vois un enjeu émotionnel et une méconnaissance cognitive ouvrant à une réflexion personnelle. Savoir douter des apprentissages passés, de ceux qui ont coûté cher en énergie, qui ont permis de satisfaire son système de récompense et d’obtenir une reconnaissance sociale est, en effet, un travail difficile.